L'UE injecte 1 milliard d'euros dans l'innovation en matière de défense : l'Italie est en tête des projets innovants

L'Union européenne a alloué un milliard d'euros à la promotion de l'innovation dans le secteur de la défense, impliquant des entreprises, des universités et des centres de recherche dans 54 projets. L'Italie joue un rôle de premier plan, en dirigeant sept projets et en bénéficiant d'une part importante des fonds. Fincantieri est au cœur du projet de corvette de patrouille européenne, avec un financement de 154 millions d'euros pour développer une nouvelle classe de navires de guerre. Fincantieri participe également à des projets tels que Admirable et Calypso, qui se concentrent sur les technologies de pointe et les solutions de propulsion innovantes.

Leonardo, un autre géant italien, dirige les projets Emissary et E-cuas, dotés respectivement de 100 millions d'euros et de 71,1 millions d'euros, qui visent à développer des capteurs avancés et des technologies de défense contre les drones.

En outre, Leonardo est impliqué dans plusieurs autres projets, notamment ceux concernant les systèmes de défense aérienne contre les missiles hypersoniques et les technologies pour la future flotte européenne de transport aérien stratégique.

Le consortium Seacure, auquel participent Leonardo et Fincantieri, recevra 55 millions d'euros pour développer des systèmes de plates-formes sans pilote pour les opérations de lutte anti-sous-marine. Elettronica spa, une autre entreprise italienne, dirige également le projet Carmenta Pf, qui bénéficiera d'une subvention de 33 millions d'euros pour améliorer la capacité de survie des avions militaires. Des universités et des jeunes entreprises italiennes, telles que le Politecnico di Torino et la société sarde Nurjana Technologies, participent à divers projets, contribuant à la recherche sur les technologies hypersoniques et la défense par satellite.

Source : EuropaToday

L'Union européenne a alloué un milliard d'euros à la promotion de l'innovation dans le secteur de la défense, impliquant des entreprises, des universités et des centres de recherche dans 54 projets. L'Italie joue un rôle de premier plan, en dirigeant sept projets et en bénéficiant d'une part importante des fonds. Fincantieri est au cœur du projet de corvette de patrouille européenne, avec un financement de 154 millions d'euros pour développer une nouvelle classe de navires de guerre. Fincantieri participe également à des projets tels que Admirable et Calypso, qui se concentrent sur les technologies de pointe et les solutions de propulsion innovantes.

Leonardo, un autre géant italien, dirige les projets Emissary et E-cuas, dotés respectivement de 100 millions d'euros et de 71,1 millions d'euros, qui visent à développer des capteurs avancés et des technologies de défense contre les drones. En outre, Leonardo est impliqué dans plusieurs autres projets, notamment ceux concernant les systèmes de défense aérienne contre les missiles hypersoniques et les technologies pour la future flotte de transport aérien stratégique de l'Europe.

Le consortium Seacure, auquel participent Leonardo et Fincantieri, recevra 55 millions d'euros pour développer des systèmes de plates-formes sans pilote pour les opérations de lutte anti-sous-marine. Elettronica spa, une autre entreprise italienne, dirige également le projet Carmenta Pf, qui bénéficiera d'une subvention de 33 millions d'euros pour améliorer la capacité de survie des avions militaires. Des universités et des jeunes entreprises italiennes, telles que le Politecnico di Torino et la société sarde Nurjana Technologies, participent à divers projets, contribuant à la recherche sur les technologies hypersoniques et la défense par satellite.

Source : EuropaToday