Eni et Saipem, accord pour développer de nouvelles bioraffineries

Eni et Saipem ont signé un accord pour le développement du bioraffinage. L'accord, signé le 13 novembre par Giuseppe Ricci, directeur général d'Eni, et Alessandro Puliti, directeur général de Saipem, soutient la transformation des raffineries traditionnelles d'Eni et le développement de nouvelles bioraffineries.

L'accord, conforme aux objectifs de décarbonisation d'Eni et de Saipem, vise notamment l'étude et la construction éventuelle d'usines pour la production de biojet, un carburant aviation durable, et du biocarburant HVO diesel, produit à partir de matières premières 100 % renouvelables (conformément à la directive européenne 2018/2001 "REDII"), commercialisé dans les stations-service Enilive sous le nom de HVOlution et utilisable par les véhicules routiers, navals et ferroviaires.

L'accord prévoit l'application de la technologie Ecofining™, propriété d'Eni, à la fois pour le développement de nouvelles bioraffineries et pour la conversion de raffineries traditionnelles, et combine la vaste expérience technologique et opérationnelle d'Eni avec les compétences distinctives de Saipem dans la conception et la construction de ce type d'usine. 

Eni a été la première entreprise au monde à convertir deux raffineries traditionnelles, à Venise Porto Marghera et Gela, en bioraffineries pour traiter les déchets de matières premières, tels que les huiles de cuisson usagées, les graisses animales, les résidus de l'industrie agroalimentaire et les huiles végétales, en utilisant la technologie Ecofining™, avec le soutien de Saipem sur les deux projets.

Eni prévoit d'augmenter sa capacité de bioraffinage de 1,65 million de tonnes par an actuellement à plus de 5 millions de tonnes par an d'ici à 2030.

Source : Eni.com

Eni et Saipem ont signé un accord pour le développement du bioraffinage. L'accord, signé le 13 novembre par Giuseppe Ricci, directeur général d'Eni, etAlessandro Puliti, directeur général de Saipem, soutient la transformation des raffineries traditionnelles d'Eni et le développement de nouvelles bioraffineries.

L'accord, conforme aux objectifs de décarbonisation d'Eni et de Saipem, vise notamment l'étude et la construction éventuelle d'usines pour la production de biojet, un carburant aviation durable, et du biocarburant HVO diesel, produit à partir de matières premières 100 % renouvelables (conformément à la directive européenne 2018/2001 " REDII "), commercialisé dans les stations-service Enilive sous le nom de HVOlution et utilisable par les véhicules routiers, maritimes et ferroviaires.

L'accord prévoit l'application de la technologie Ecofining™, propriété d'Eni, à la fois pour le développement de nouvelles bioraffineries et pour la conversion de raffineries traditionnelles, et combine la vaste expérience technologique et opérationnelle d'Eni avec les compétences distinctives de Saipem dans la conception et la construction de ce type d'usine. 

Eni a été la première entreprise au monde à convertir deux raffineries traditionnelles, à Venise Porto Marghera et Gela, en bioraffineries pour traiter les déchets de matières premières, tels que les huiles de cuisson usagées, les graisses animales, les résidus de l'industrie agroalimentaire et les huiles végétales, en utilisant la technologie Ecofining™, avec le soutien de Saipem sur les deux projets.

Eni prévoit d'augmenter sa capacité de bioraffinage de 1,65 million de tonnes par an actuellement à plus de 5 millions de tonnes par an d'ici à 2030.

Source : Eni.com